FRANÇOIS GAUCHER

St Cloud, le 22 février 2021

Pouvez-vous nous faire une rapide présentation de QILIN Company ?

QILIN Company est en recherche, dans ce contexte, d’une posture claire d’acteur immobilier d’aujourd’hui, et « de demain » en restant adossé à l’expérience des hommes et des femmes qui constituent l’équipe.

Cette équipe est la vraie valeur ajoutée de ce Groupe d’Investissement et de Réalisations Immobilières, je dis souvent « le couteau suisse grand modèle ». Nous avons en interne quasiment toutes les compétences techniques pour engager nos opérations à l’exception de l’architecte.

Enfin, QILIN Company est engagé sur mon ADN historique et celui de plusieurs de nos cadres :  à savoir acheter des actifs immobiliers obsolètes, complexes, de toutes natures, et les remettre en ligne avec des utilisations présentes et futures.

Dans ce métier de « recycleur », l’enjeu post Covid est de chercher les utilisateurs de demain, qui ne seront pas forcément ceux d’aujourd’hui, le monde étant dans une période de changement sans égal depuis l’après-guerre.

Quel bilan dressez-vous de l’année 2020 avec la crise sanitaire du Covid 19 ?

Si le regard est porté vers le verre à moitié plein, le Covid 19 est un accélérateur de mutations déjà en marche.

A part quelques rares exceptions sur des centres commerciaux récents et hors normes, une forte proportion du retail va disparaître au profit de la logistique qui va gérer les flux de transactions directes via internet. Le retail qui perdurera va devoir changer ses modèles tant économiques que d’exploitation.

Les modes d’habitation et de vie, tout comme l’univers du bureau, sont en repositionnement majeur avec de nouvelles orientations de fonds.

Pour les 5 à 7 ans à venir, le Covid 19 nous contraint à vivre une transmutation du support immobilier sur lequel nous travaillons et nous vivons tous, là où un rythme normal aurait pris 50 ans.

C’est une bonne chose, bien que violente et douloureuse. Notre monde était en demande d’accélération pour régénérer certains modèles économiques.

Nous devons tous trouver le moyen de le vivre comme un extraordinaire rendez-vous avec l’histoire, pour nous et nos enfants.

Vous savez, c’est comme en voiture, lorsqu’on est au volant il faut accélérer pour prendre un virage, si on freine ça se passe mal.

 

Comment voyez vous l’évolution du marché immobilier post Covid?

Je pense donc, qu’en proportion, 50% du marché des commerces va disparaître, les 50% restants vont devoir se réinventer complètement parce que les modes de consommation, les modes de récupération des marchandises, les modes d’achats vont être différents.

Le modèle du retail à venir sera dicté encore plus par le niveau financier « du panier » des consommateurs.

La logistique va revoir complètement son maillage géographique, avec des capacités de stockage en centre-ville par exemple, les facilités et la vitesse de livraisons qui en découlent avec des pollutions moindres que sur les points de reprises actuellement loin en grande banlieue.

Enfin, chaque être humain va vouloir vivre différemment, avoir une terrasse ou un balcon, vivre à la campagne et tout faire sauf subir 1 h 30 de transport en commun matin et soir.

Tout cela va impacter nos modes de vie et donc le support sur lequel nous vivons et travaillons.

Les restaurateurs, l’activité festive en boîte de nuit, les voyages, rien ne sera plus jamais pareil.

Les réglementations pour le climat, les nouveaux matériaux, les nouvelles isolations, les bâtiments sans climatisation ou à basse consommation, nous atterrissons dans un immense « shaker » où tout va devoir se redistribuer et s’adapter en même temps.

Je suis gourmand à partager et à vivre cette période de grand chambardement excitant qui se présente dans l’immobilier.


Votre stratégie pour 2021 ?

Nous avions prévu le lancement de QILIN fin 2019, tout était prêt, l’encre était à peine sèche que le Covid est arrivé et avec lui, le premier confinement strict.

A la sortie de ce premier confinement, nous nous sommes interrogés :

Est-ce que toutes les lignes de produits que nous voulions développer fin 2019 étaient toujours efficientes ?

Nous sommes arrivés très vite à la conclusion qu’aucune ligne d’investissement envisagé n’avait changé mais que notre méthode, elle, devait être modifiée en profondeur.

Trouver des immeubles ne nous est pas compliqué, compte tenu de nos capacités, de la nature de notre équipe sourcing et de l’expérience de son leader.

En revanche, l’utilisateur, lui, va subir de profonds changements dans ses modes de décision et d’exploitation.

Nous nous concentrons donc sur les résidences senior low cost, les écoles avec un schéma d’enseignement à distance, les usines pour de nouveaux procédés industriels de traitement plastique par exemple, des transformations de bureaux. Nous avons aussi déposé la marque « La Foncière du dernier Km » uniquement orienté sur des rénovations de sites en déshérence.

Il y a 1 001 idées et 1 001 acteurs.

Mais notre priorité est l’exploitant dans ce contexte.

Notre monde va s’orienter beaucoup plus vers de la restructuration d’immobilier existant plutôt que vers de la promotion.

Des centaines de milliers de m2 vont se libérer avec leurs charges attachées, il faut bien en faire quelque chose.

L’heure est au recyclage des sites auxquels il faut donner une nouvelle vie.


Les ambitions de Qilin Company à moyen terme?
  • Innover
  • Participer à la construction de l’avenir
  • Prendre du plaisir dans notre travail tant au quotidien qu’à terme
  • Privilégier toujours l’humain, en externe, en interne, avec nos fournisseurs et nos locataires.

Nous sommes dans un monde qui va être nouveau, où il va falloir faire les choses en équipe, les grandes réussites individuelles seront peu courantes pour donner place aux victoires collectives.

Les valeurs de QILIN Company, c’est protéger son équipe et son intelligence collective, de l’audace et de la créativité, du courage dans l’incertitude, et du plaisir partagé